Meta-RP, quand trop de savoir tue le savoir

Face à ce titre interrogateur, certains d’entre vous ouvreront de grands yeux ronds, comprenant à peine la destination de cet article. D’autres, connaissant déjà le domaine dont il est question, approuveront ou non la formule, selon la vision qu’ils ont de cette particularité nommée « Metagaming » ou encore « Meta-Role Play ». Dans cet article, nous expliquerons bien évidemment ce que ce terme barbare signifie, mais étudierons également sa compatibilité avec le Role Play que nous appellerons plus classique. Trop de suspense ? Il est déjà temps de lire la suite !

savoir

Meta-RP : Définition et exemples !

Comme mentionné dans le titre, il est question de trop de savoir… Et si vous êtes un lecteur régulier des articles que j’ai pu écrire, vous saurez sans doute cette différence que je m’efforce de mettre en exergue la différence entre le savoir du joueur et les connaissances de son personnage. C’est exactement ce dont il s’agit ici : le meta-RP, c’est une action du personnage qui utilise la connaissance du joueur, alors qu’il est supposé n’avoir aucun moyen d’accès à cette dernière. Cette définition semble assez floue, alors autant la préciser d’emblée.

Imaginons incarner un fier guerrier se battant avec sa troupe dans un affrontement perdu d’avance. L’un d’eux s’écrie alors « Nous allons y laisser notre vie » alors que son compagnon, pas inquiété le moins du monde, lui répond « Bah, il nous en reste trois. » Cet exemple, certes assez extrême dans la pratique rôliste, montre bien que le second joueur utilise une information à laquelle il n’aurait pas dû avoir accès, à moins de vivre dans un monde où la réincarnation instantanée est prouvée et avérée…

Bien sûr, des cas plus subtils existent, et il convient de faire la différence entre les sources d’acquisition de savoir de votre personnage. Globalement, toute info-bulle présente sur Dofus sera une potentielle source de Metagaming. Comment pouvez-vous savoir la faiblesse d’un monstre ? Certes, les élémentaires laissent peu de doute, mais vous ne connaîtrez pas la faiblesse au feu d’un gloursaya sans avoir auparavant tenter de le flamber ! A moins que quelqu’un n’ait tenté l’expérience auparavant et vous en ait fait part d’une quelconque manière.

Ajoutons une difficulté supplémentaire : vous vous trouvez face à un ennemi imposant, lequel vous éliminera d’un coup de masse si vous l’affrontez au corps à corps. Barbare ou Iop dans l’âme, vous ne jurez pourtant que par le contact et foncez sans arrêt tête baissée. Seulement, cette fois, le joueur connaît les conséquences d’une approche hasardeuse, et son personnage restera donc à distance, à l’abri. Celui-ci vient donc de modifier le caractère de son personnage à cause d’une mécanique de jeu, mécanique dont le personnage, lui, n’a que faire (TAPER !).

Naturellement, il existe des tas d’autres exemples de metagaming, et on pourra chipoter sur autant de détails que l’on voudra. Le but n’est évidemment pas de devoir réfléchir aux trente-sept possibilités et erreurs possibles avant d’agir, alourdissant encore plus la pratique du RP, mais seulement de garder un semblant de cohérence lorsque celles-ci sont trop flagrantes.

Rectifier le tir

Vous en serez peut-être arrivés à cette conclusion : pour rectifier le tir, il suffit d’intégrer dans votre Role Play une source de savoir, laquelle vous aura permis d’éviter la catastrophe au moment voulu. Plusieurs méthodes peuvent être utilisées, et selon votre expérience, vous saurez naturellement gommer un souci d’incohérence aussi vite qu’un trait à la craie sur un tableau noir. La solution de facilité semble bien évidemment le précieux grimoire que vous auriez lu dans votre prime jeunesse… Encore que pour le Iop dernièrement cité, cette solution ferait naturellement naître des doutes.

Vous pouvez également agir sur votre personnage, sans nécessairement modifier son caractère : à ce titre, et fidèle à sa réputation, notre jeune héros écervelé s’empressera de foncer sur son adversaire, mais glissera malencontreusement sur les restes de son déjeuner qu’il avait laissé traîner. S’effondrant de tout son long, il eut à peine le temps de se relever et de se mettre à l’abri pour préparer un second assaut. De cette manière, vous êtes resté fidèle à votre personnage, mais l’avez en plus sauvé d’un terrible coup de masse en plein faciès. Et ce n’est pas rien !

Agir sur l’environnement, sur votre passé, votre expérience, ou modifier le comportement de votre personnage non pas par son caractère mais par une pirouette scénaristique habilement mise en scène, vous avez de nombreuses solutions à votre disposition pour ne pas tomber dans les pièges du metagaming… Il en reste pourtant une que nous n’avons pas évoqué : ne rien faire !

Compatibilité entre RP et Meta-RP

Le Meta-RP fait souvent grincer des dents dans des milieux rôlistes sérieux, au milieu de pratiquants concentrés ne tolérant pas la moindre erreur de la part des participants. Fort heureusement, la force de Dofus réside dans la grande dérision que l’on y trouve. Références loufoques, jeux de mots, univers comique et personnages parfois exagérés à l’extrême, tous les ingrédients semblent réunis pour qu’un metagamer trouve sa place au milieu des rôlistes traditionnels.

Imaginez donc quelqu’un débarquer lors d’une de vos soirées au manoir Lhambadda, en très sérieuse discussion avec votre bande sur les prochains tumultueux méfaits que vous accomplirez, quand soudain, un individu s’invite à votre conversation, et s’apprête à renverser vos croyances. D’après lui, tout le monde ici n’est qu’un pion contrôlé par un autre personnage, dans un monde totalement étranger, à l’aide d’un sombre instrument que l’on nomme « clavier ». Metagaming extrême s’il en est, mais ne voyons-nous pas dans notre propre monde des personnes aux idées saugrenues, aux propos complotistes et tout aussi improbables que ce que vient de citer ce personnage à l’assemblée ? Cela ne fera qu’un fou de plus dans le Monde des Douze, et alors que la bande premièrement mentionnée l’ignorera ou le traitera comme un fou, lui continuera de déblatérer ses « vérités », ralliant des fidèles à sa cause.

Et après tout, pourquoi se perdre en explication ? « – Il faut lui lancer une pierre sous l’aisselle pour l’affaiblir – Hé, comment es-tu sûr de cela ?  – Je le sais, c’est tout, fais-moi confiance ! ». Voilà une réplique pour effacer tout metagaming de votre jeu de rôle. Coup de chance, cou de maître, ou coup de meta-RP, bien malin sera celui qui parviendra à expliquer cette idée. Alors, finalement, pourquoi vouloir toujours tout changer ?

Restez toutefois prudents, car un personnage absolument omniscient se révèle souvent fade, sans saveur. A quoi bon vouloir instruire quelqu’un qui n’a rien à apprendre ? Encore une fois, je le répète, sachez doser votre personnage. Il peut ne pas tout savoir. Mieux, il peut aussi se tromper !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s